Eté 2019 : c’est parti

Direction l’Est 🙂

On est passés sous le joli Mont Blanc et ses glaciers :

Pour prendre le col des Montets, et descendre sur Martigny car nous allons au bout de la vallée du Rhône.

Nous mangeons un casse-croute dans le col. C’est le grand luxe, après plusieurs essais ratés qui nous avaient valu quelques rigolades, cette fois nous avons le café. Il ne manque rien 🙂

et attention : eau courante aussi dans le Toyota  🙂 🙂 🙂

J’ai réservé un Hôtel à Oberwald, petite ville que nous connaissons déjà, c’était notre première étape lors d’un fameux voyage de  noce  en 2011 🙂

C’est super mignon, avec plein de chalets en bois, dont certains sont posés sur des pierres.

Comme nous sommes arrivés de bonne heure, nous décidons de monter au Grimsel pass, voir les sources du Rhin. C’est un superbe col à 2165 mètres depuis lequel on aperçoit plusieurs retenues de barrages.

.

Intriguée par un feu rouge au milieu de nulle part, je me rends compte qu’une route part sur le coté, en circulation alternée toutes les 30 minutes, d’où le feu. Nous décidons de la tenter, elle mène sur un autre barrage à 2400 mètres. La route est minuscule et panoramique. Décor fabuleux, on en prend plein les yeux !

Nous arrivons au barrage et au glacier des sources du Rhin.

C’est superbe ! Pour une première journée nous en avons pris plein les yeux !

Demain c’est sources du Rhone 🙂

 

 

 

 

Des jours qui changent la tête

C’est pas vraiment des vacances, mais vu qu’on habite en vacances…..

Gérard devait** se faire une semaine de katkat avec des copains, dont une grosse partie en autonomie totale pendant que je pousse les wagons (mais les vraies vacances approchent).

Week-end du 15 aout, je suis invitée à faire les deux premières nuits et la première journée avec eux. Pour ensuite rentrer bosser. Le planning est juste un peu chamboulé** je ne fais que la première nuit et la première journée avec mon petit Duster 🙂

Petit Duster que je me fais un malin plaisir de coller entre les gros Toys 🙂

Je n’ai pas la cibi comme eux, mais j’ai un talkie walkie, ce qui me permet d’échanger et de me sentir moins seule 🙂

Commençons par le camping (première nuit) ou Yves inaugure sa tente deux secondes. (deux secondes pour déplier, 20 minutes pour replier) MDR

Un sketch 🙂 , ils seront sauvés par un autre campeur venu à la rescousse 🙂

Parlons maintenant de la tente à caca. Bin oui, autonomie totale = caca dans la nature. Mais bon, c’est sans parler de certain dont la souplesse légendaire avoisine celle d’un passe lacet. Donc, çà y’est on a une tente à caca. MDR

avec un siège et tout et tout. Tu mets ton « produit » dans un sac plastique, même qu’après tu ne sais pas ou le mettre, le sac, cause que çà renifle un max.

Tiens, rien qu’en l’écrivant j’en pleure encore 🙂 🙂 🙂

Pi la tente à caca, elle se plie « second » aussi ! alors c ‘est reparti pour une séance de pliage !  🙂 🙂 🙂

Bref, on était pas encore partis que j’avais déjà bien rigolé 🙂

Revenons à notre petit Duster que je claque parmi les « gros ».

Nous voila partis et là c’est splendide, on prend des chemins, ou l’on m’a assurée que je pourrais passer. Oui bien sur le Duster se comporte super bien,  je suis passée par des endroits ou il y a  quelques temps, même en passagère j’aurais trop eu peur. Effet de groupe  j’arrive à suivre . trop contente !

Cormet d’Arêches ! je ne connaissais pas. Sublime.

Je n’étais pas trop fière pour mes pneus, mais ça l’a fait !

Midi, les gros montent sur un talus et on m’indique une place en bas ou je peux me garer. Meuh non, le petit Duster revendique sa place près des nouvelles copines ! (s’en suivra une belle figure qui me fait encore marrer aussi) (et la Tête à Léon quand il a compris que j’avais bien l’intention de monter le talus…. grandiose…..)

Après un pic nique sur l’herbe on reprend « la route », c’est sacrément joli !

Nous montons au Petit Saint Bernard par les chemins. (si on m’avait dit qu’un jour je ferais çà)….

J’ai même le plaisir de passer un petit gué !

Puis on reprend la grande route via l’Iseran (je passe le volant à Yves, j’ai mal partout….)

Une circulation hallucinante (we du 15 aout) et on termine au Mont Cenis, toujours aussi magique, ou la deuxième nuit est prévue, en pleine nature 🙂

Perso, je prends la route du retour**. snif, mais j’ai passé une super journée !!!

**une sombre histoire de grosse fuite d’eau nous a conduit à réviser nos plans. 🙁

 

 

 

 

 

 

le retour

La route du retour via Florac, c’est super joli mais loooonnnng.

Une étape chez Pat et Yop qui nous accueillent à l’improviste, MERCI à vous deux ! ! !

La tour de Crest (craiiiie)

vivement les prochaines 😉

 

Chaos de Montpellier le Vieux

Le matin nous sommes allés faire un saut au Mont Aigoual, en passant par nos jolies petites routes, pleines de fleurs. On a pas résisté à l’appel du chemin 😉

Au mont Aigoual, contrairement à notre visite de l’année dernière, il y avait beaucoup de vent. Froid. On a abandonné assez rapidement. La vue de la haut est vraiment exceptionnelle !

Après une petite sieste ;), nous voici partis pour le Chaos de Montpellier le vieux. Jolie découverte que nous avons faite en petit train. Un petit train pour nous tous seuls, c’est l’avantage du hors saison.

 

Les rochers se prêtent bien à la paréidolie, ci-dessous Pinocchio

Une morille

Une souris 🙂

 

Nous sommes rentrés en repassant les gorges de la Jonte, et en prenant deux petits cols impressionnants avec des routes minuscules.

Pareidolie encore : un lapin 🙂

Cette nuit, je n’avais pas prévu de faire des photos, mais à la faveur d’un lever, je m’apercois que le ciel est clair et relativement dégagé, je n’ai pas résisté !

Il faut dire qu’ici le paysage m’offre une ouverture que je n’ai pas en Savoie 🙂

Le point lumineux sur la droite de la voie lactée, c’est Jupiter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Millau – Gorges de la Jonte

Il nous fallait quelques courses, nous avons donc pris la direction de Millau, par une petite route, et nous avons mis 1 heure pour faire 35 km ! C’était vraiment très joli.

A Millau, nous avons bien sur, été faire un tour vers le viaduc.

Les routes que nous empruntons sont magnifiques, il y a des petites fleurs partout sur les bords de route.

Retour à Pradines, ou nous sautons sur les motos pour aller vers les Gorges de la Jonte, voir du Tarn si on a le temps.

Je veux faire un arrêt photo, j’ai vu des vautours sur le coté. Je stoppe, et là je me rends compte que ma moto pisse l’essence, avec de la pression, je me retrouve arrosée, pantalon, chaussures, et ce qui part sur le moteur fume de suite ! je me suis dit qu’elle allait prendre feu !

C’est un serflex qui tient la durite d’arrivée d’essence après la pompe qui avait cassé net. Impossible de repartir dans réparation. Je dis à Gérard qu’on est à quelques km d’un village, qu’il pourrait aller voir, sais-t-on jamais.

Et je me retrouve sur le bord de la route à attendre, en plein soleil :(, à regarder les vautours tourner.

Mais çà marche ! une petite station essence lui trouve le serflex ! ouf !

Nous pouvons donc repartir, et j’ai droit à une grosse glace, j’ai attrapé un sacré coup de chaud.

Nous finissons donc les Gorges de la Jonte, abandonnons celles du Tarn, trop de temps perdu.

Retour au chalet le nez au vent, et le soir, nous sommes invités par nos voisins de chalet à une initiation astronomique, mais le ciel n’est pas top, ils ont du mal à localiser les « objets ». Je fais quelques essais de photos, le ciel est moins beau que la veille, j’abandonne assez vite aussi. J’ai malgré tout fait celle-ci :

Panoramique du chalet sous la voie lactée 🙂

à suivre….

 

 

 

 

 

 

 

Pradines

Nous avons quitté Ribennes et ses Katkat, pour prendre la route des Cévennes, dans le domaine de Pradines.

Environ 100 km  par des plateaux qui nous font passer par le haut des gorges du Tarn, superbes.

Puis par le haut des gorges de la Jonte

Route que nous connaissions pour les avions déjà parcourues en moto, mais en bas !

Ces paysages sont sublimes.

Le domaine de Pradines est connu pour son emplacement dans les Cévennes, en absence de pollution lumineuse. Il y a quelques chalets à louer, un gite, et des emplacements de camping, sur un parc de plusieurs hectares.

C’est vraiment bucolique, pas un bruit, uniquement les oiseaux qui chantent partout.

Quand nous arrivons, nos voisins sont en pleine installation :

Effectivement, ce lieu est vraiment connu pour son ciel clair 🙂

Alors bien sur, j’ai passé une partie de ma nuit à shooter la Voie Lactée 🙂

Panorama.

Essai de selfie Voie Lactée 🙂

Reposantes, les vacances 🙂

 

 

 

 

Enfin l’été

Elle est arrivée 🙂

La chaleur ! ouf !

Aujourd’hui c’est 4×4 pour Monsieur, glandage le matin pour moi et une centaine de km dans l’après-midi, tranquille…

Léon nous fera son CR quand il sera remis 🙂

J’ai pris quelques photos, à l’iphone (je n’ose pas emmener le Nikon en moto)

 

 

 

 

KatKat pour les deux :)

La journée de vendredi était annoncée « calme » (entendre pas de difficultés), tranquille et sous le signe de la balade, je me suis laissée tenter. Je ne regrette pas : un groupe calme, soucieux de préserver l’environnement (ne pas sortir des traces, ne pas abimer), ne pas faire de bruit.  Et nous sommes passés par des endroits fabuleux ou l’on ne se serait pas aventurés seuls !

Ils sont plusieurs compagnons à 4 pattes à faire partie de la balade. « Oups » (c’est son nom) est impressionnant : 8 mois et une cinquante de kilos, çà promet 🙂

Les chemins sont autorisés aux véhicules, mais le ramassage de fossiles est interdit 🙂

Une longue et excellente journée que je ne suis pas prête d’oublier.

Sur la toute fin du parcours, l’unique difficulté de la journée. C’était très marrant, de voir les « gamins » s’éclater dans cette descente un peu raide, et « mettre la roue en l’air ». Un grand manège pour adultes 🙂

Léon, concentré avant la descente ;

Lui aussi a levé la roue 🙂

C’est assez impressionnant à voir, a mon sens, il vaut mieux être à l’extérieur que dans la voiture !

Samedi, journée annoncée sportive, repos pour moi, une petite balade moto en vue dans l’après-midi et le sport à 4 roues pour Léon 😉

 

 

Moto pour Madame – KatKat pour Monsieur

Matinée libre à trainer, puis Léon a une balade en Truc-qui-pueoyota l’après-midi. Je m’autorise donc une petite sieste, et comme la météo est légèrement meilleure (disons 14 degrés….) je prends la rouge sur laquelle je me sens mieux elle est un peu plus basse car la sortie du camping est sportive. J’aime pô. Ornières, graviers partout, le tout en descente.

Je fais 500 mètres et m’arrête pour une photo au bord du lac de Ganivet.

plus de jus pour démarrer ! je touche à tout et me rend compte que si je coupe le phare, le démarreur est fonctionnel….. mazette.

Balade dans les environs, poursuivie par les cleps dans un petit village, saut à Amont d’Aubrac mettre de l’essence, retour par le chemin des écoliers. Enfin, par ici, il n’y a presque que çà, des chemins d’écoliers 😉 Quasi arrivée au camping, je me retrouve nez à nez avec un troupeau de vaches. L’agriculteur me dit « Garez-vous sur le coté, ce sont des jeunes, elles n’ont pas l’habitude, elles sont nerveuses ». Tu parles que moi aussi je l’étais nerveuse ! ! ! Pas fière d’être au milieu de ces gros bestiaux !

Le soir Léon a une sortie de nuit, je tente de me reposer, sans succès, et à deux heures du mat, je me refais une séance de photos de voie lactée :).

Elles sont mieux que celles de la veille, par contre, quelle andouille, je n’ai pas vu le fil électrique 🙁

 

ps : Léon aussi a fait des photos de sa sortie, il mettra à jour dès qu’il pourra 😉