Mont Aigoual

Après avoir fait les frileux ce matin pour cause de brouillard, nous sommes partis direction le Mont Aigoual.

La route est superbe, nous nous sommes séparés pour quelques km, Gérard voulant tester les gorges de Tapoul, noté route difficile et dangereuse, et moi, perso, j’ai fait mapoul mouillée 🙂

Grand Beau sur le Mont Aigoual, pas de vent, on était en t-shirt la haut !

vue panoramique depuis le Mont Aigoual, par temps clair, on voit le Mont Blanc, le Mont Cenis, et la mer ! (Ce n’etait pas le cas aujourd’hui, c’était brumeux)

Sur le retour, j’avais repéré un joli petit pont méritant arrêt photo, sur le Tarnon.

Avec les baigneuses !

Demain, on se rapproche de la maison…..

 

 

Retour sur Florac

Nous avons quitté Salagou pour revenir sur Florac. On y était bien, le coin est super joli.  C’est assez surprenant, on a l’impression qu’en quelques jours, l’automne a commencé à s’installer, les couleurs ont changé.

Une fois installés à Florac (même camping, même bungalow), nous sommes re-montés aux bondons. C’est juste au dessus, nous y avions été de nuit, et le paysage est grandiose. Nous avons profité du coucher du soleil, tout en s’imprégnant de ces grands espaces magnifiques.

Je crois que nous avons craqué tous les deux pour la Lozère, c’est vraiment joli, c’est tranquille. Ça tourne et il y a du relief, tout en laissant facilement la possibilité de voir « loin » sans avoir à monter sur des grands cols.

Coucher de soleil sur le Cham*** des bondons.

 

ps : un Truc*** surnuméraire se cache dans une des photos, l’avez vous trouvé ? 🙂

 

***  voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cham_des_Bondons

 

 

 

 

 

Gorges de l’Hérault

Nous étions partis pour une petite balade de 60 km le matin. Nous en avons fait 170 :). Celle qui avait préparé le road-book a du se fourvoyer quelque-part 😉

Mais c’était très joli :). J’avoue que cela donne envie d’aller louer un Kayak chez un des multiples loueurs du bord de la route, charmante, la route.

Retour sur Salagou via le barrage, et une nouvelle vue du Lac.

Et comme toute journée qui se termine bien, le coucher de soleil sur la plage 😉

 

 

Lac de Salagou

Après avoir déménagé le campement

Thierry et Colette nous font découvrir les environs par de petites routes superbes.

Nous allons de surprise en surprise dans ces paysages surprenants et magnifiques !

Autour du Lac, les gens déclarent leur passion en écrivant avec des petits cailloux blancs sur les pentes rouges.

Nous laisserons nous aussi un message pour l’éternité 😉

 

 

Nous continuons à profiter des fabuleuses couleurs de la région :

Envie de sortir l’appareil photo tous les 50 mètres 🙂

 

 

 

 

Florac – Salagou

Après avoir pris la corniche des Cevennes, nous arrivons au Lac de Salagou et ses sublimes couleurs.

Thierry et Colette nous font la surprise d’arriver le soir, nous les attendions pour le samedi matin.

🙂

 

Gorges du Tarn -Gorges de la Jonte – Maison des vautours – Les Bondons de nuit

Tout est dans le titre ;). Journée moto dans les gorges. C’est sublime, les routes sont belles, viroleuses, un vrai plaisir !

On s’est arrêtés à la maison des vautours. Partout dans les gorges quand on lève les yeux, on voit des vautours tourner. Ils ont réimplanté le vautour dans la région et çà a fonctionné !  On n’en verra pas de près comme hier au Mont Lozère, mais c’est vrai que sur le haut des falaises, c’est habité.

Le soir, petite folie, nous montons aux Bondons faire quelques photos de nuit. Les Cévennes sont devenues récemment la plus grande réserve de ciel étoilé d’Europe, il fallait voir çà !

On voit tout de même de la pollution lumineuse

Mais aussi une belle Voie Lactée.

Par contre la lune montante commence à gêner la prise de vue.

 

 

12 septembre – batterie ok

Nous décidons de tester la batterie (vérifier que ce n’est pas un problème de charge) en ne s’éloignant pas trop……. Direction les gorges du Tarn, après avoir fait le plein ;).

Ici je peux tomber en panne, mais non, çà fonctionne ! Toutefois j’avais suivi les conseils de dame Ginette et j’avais de l’eau et un encas dans mes sacoches 😉

Nous sommes revenus au camping, et j’ai mal au cou et à l’épaule, je préfère ne pas forcer, alors nous repartons en duster au Mont Lozère qui n’est pas trop loin. Avec le matos photo, que je mets à l’avant, à portée de main.

C’était le bon jour. Nous voyons au loin quelques rapaces tourner, et nous approchons. C’était une colonie de vautours, lesquels nous ont fait le spectacle ! ! Fabuleux ! je me suis éclatée. et mon gros zoom était resté au bungalow…..

Le Paysage est super joli.

Avec des empilements d’énormes pierres impressionnants.

Trop marrant, nous re-croisons la route de Marie, motarde qui était notre voisine de chalet à Langogne, au col de Finiels.

Une belle journée, nous pensions avoir des orages. J’avais affuté le matériel ;). Mais non rien. Pas une goutte d’eau.

🙂

 

 

 

 

Jour 3

Liaison Langogne-Florac en passant par Mende ou nous avons trouvé une batterie 🙂

Repas très sympa chez un copain de katkat de Gérard, ils vivent dans un endroit fabuleux

et ce soir, çà charge 🙂 (pour la décharge, on en reparle demain) LOL

 

 

 

Jour 2 – la panne

Après avoir pris notre temps, nous sautons sur les bullet et prenons des routes minuscules, avec les graviers au milieu, destination le lac du Bouchet.

C’est super joli ! On se fait courser dans un village par des chiens de berger qui gardaient le troupeau…. On se retrouve nez à nez avec une vache qui avait des cornes énormes et qui se promenait au milieu de la route.

Les paysages sont magnifiques, on roule doucement pour en profiter au maximum.

Nous arrivons dans un village, c’est joli comme tout et je décide de m’arrêter prendre une photo sur le pont. Ma Classic ne repartira pas : plus de jus.

Gérard repart avec la rouge, me laissant sur place. Il est 12h30 et j’ai faim ! Le seul troquet snack du village est fermé le lundi 🙂

A 14h00 Gérard est de retour avec la remorque et nous filons sur le Puy, essayer de trouver une batterie. On a tourné toute l’après-midi. pas trouvé. Tout est fermé le lundi. On a bien trouvé un vendeur de quad qui n’avait pas la bonne référence.

On est passé devant une certaine place où il y a quelques dizaines d’années un petit garçon jouait :

🙂