Habiter en vacances (épisode 2)

image_pdf

 

 Le printemps ayant pris trop tôt un air d’été, nous avons décidé d’aller nous promener en hiver 🙂

Direction  la Haute Maurienne, avec une fois n’est pas coutume, le retour de la Pan, l’ Enfield rouge étant éparpillée en morceaux sur le pont. Rouler en couple Pan + Enfield me rappelle des souvenirs, le temps du couple Guzzi/Pan. Bon j’avoue qu’il est bien pratique le « camion »,  du coup je l’ai chargé avec le matériel photo 😉

La première étape est bien sûr la barrière de l’Esseillon, point d’entrée de cette si jolie Haute Maurienne.

Nous avons de la chance, la D1006 était coupée jusqu’à hier soir, suite à un éboulement, nécessitant un détour par l’autre versant de la vallée, Aussois.

Peu après Termignon, nous apercevons nos premières marmottes. Il n’y a plus de neige à cette endroit, et elles s’éclatent dans l’herbe fraiche.

Plus nous avançons dans la vallée et plus l’hiver se fait sentir.

Nous nous arrêtons à LansleBourg, retrouvailles avec Patrick, propriétaire de plusieurs Enfield, lequel sort d’hibernation, en effet les rues étaient encore sous la neige il y a quelques jours. Il a d’ailleurs neigé là-bas la semaine dernière.

Petit resto 🙂 avec Patrick et son pote (qui possède une Enfield aussi). Et oui, il y a un nid de passionnés par la-bas….

Nous poursuivons notre route, et une fois le col de la madeleine* passé, c’est l’hiver. Les murs de neige deviennent impressionnants, les traces d’avalanches sur les cotés sont omniprésentes.

Arrivés sur Bonneval sur Arc, et effectivement, la ville croule encore sous la neige. Les fenêtres sont dégagées à mi-hauteur. La neige effectue encore des jonctions entre les toits. Bonneval cet hiver a pris 9 mètres de neige cumulée, à tel point que la semaine dernière deux maisons se sont encore effondrées sous le poids résiduel.

Ma classic attire toujours les curieux et nous bavarderons avec plusieurs personnes qu’elle a attirée.  Dont le propriétaire de cet engin, assez joli j’avoue.

La Maurienne est une vallée de 120 km de long et pendant la période hivernale un cul-de-sac puisque les tous les grands cols alpins sont actuellement fermés. C’est donc par la même route, longeant l’Arc,  que se fait le retour.

J’avoue avoir trouvé jouissif cette sensation du soleil qui réchauffe l’atmosphère, conjuguée au froid délivré par ces barres de neige sur les cotés de la route : c’était géant !!!!

Très peu de motos sur cette route, mais encore des skieurs de rando, de fond, et d’autres moyens de locomotion plus originaux :

Sur le retour, la D1006, ancienne N6 est coupée après Modane suite à un éboulement, nous obligeant à un détour supplémentaire par la montagne…. En ce moment, çà tombe de partout.

Quelle fabuleuse journée !

Les photos en plus grand : http://sitaleon.fr/wp/2018/04/22/haute-maurienne-avril-2018/

 

 * deux cols de la Madeleine dans notre vallée, le premier, le plus connu qui relie la Maurienne et la Tarentaise (1993 m) , et le second qui permet l’accès à Bessans et Bonneval (1746 m).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 réponses sur “Habiter en vacances (épisode 2)”

  1. Je dois avouer que tu nous en met plein les yeux, c’est juste « très beau » juste étant le prénom bien sur 😀.
    C’est quand même mieux que d’habiter à la mine

    Merci de ce partage
    Bises à vous deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *